Connecting Ideas | Strengthening Capacity | Innovation Solutions

 

Abonnez-vous à notre newsletter

Pour les dernières nouvelles sur
COVID-19
Visitez www.who.int

Obtenez des conseils opportuns et des messages axés sur les solutions par notre équipe d'experts.
Regardez des vidéos éducatives sur COVID-19 via YouTube
Cette initiative est parrainée par le Fonds de solidarité islamique pour le développement (ISFD)

Suivez-nous sur Facebook et Twitter

Gérer l'impact de COVID-19 sur la résilience des prestataires de services financiers en Afrique.
05 May, 2020

La pandémie de COVID-19 pose des défis importants à l'activité économique dans différents secteurs en Afrique. La détérioration des conditions économiques mondiales, combinée avec le confinement imposé par les gouvernements nationaux pour contenir la propagation de l'épidémie, contribue à la faiblesse de la demande du marché, aux perturbations des entreprises et à la perte d'emplois. Les prestataires de services financiers sont en première ligne pour remplir la double tâche d’une part de jouer un rôle important dans l'atténuation de l'impact de l'épidémie sur l'économie en aidant les entreprises en difficulté à surmonter la crise et d’autre part gérer les risques accrus auxquels elles-mêmes sont exposées. Bien qu'il soit difficile de déterminer le quantum de l'impact à ce stade, de telles mesures de soutien d'une importance cruciale (sous forme de refinancement, de suspension temporaire des remboursements de prêts, des frais et d'autres mesures connexes) aux entreprises en difficulté pourraient contribuer à augmenter le nombre de prêts non-performants, baisse des revenus et du capital des prestataires de services financiers. Des temps difficiles attendent les prestataires de services financiers, car ils devraient jouer un délicat équilibre en continuant de soutenir l'économie pendant la crise tout en restant financièrement solides. Le Centre des Objectifs du Développement Durable pour l’Afrique (CODD/A) recommande ce qui suit pour s'assurer que les prestataires de services financiers continuent de jouer un tel rôle.

  1. Les prestataires de services financiers et les superviseurs doivent rester vigilants vue la nature évolutive de Covid-19, évaluant régulièrement les vulnérabilités, les implications financières et de supervision pour garantir la résilience financière et opérationnelle du système financier afin de s’assurer que le système financier reste financièrement et opérationnellement résilient.
  2. Les prestataires de services financiers devraient renforcer les hypothèses des tests de résistance avec une gamme de modélisation de scénarios en tenant compte des chocs économiques graves attendus à court et à moyen terme sur la façon dont COVID-19 pourrait avoir un impact sur leurs clients, leurs finances, leurs systèmes et leurs opérations, et assurer une solide continuité des activités face à la pandémie.
  3. Les régulateurs devraient introduire une réponse plus structurée, rapide et coordonnée, notamment en prenant des mesures monétaires, réglementaires et de surveillance supplémentaires qui soutiennent l'identification et l'atténuation des risques en temps opportun pour maintenir la stabilité financière, augmenter la liquidité de manière prudente et suivre les normes, flexibilités et dispositions transitoires pertinentes fixées par des organismes de normalisation (tels que le Comité de Bâle, l'International Accounting Standard Board (IASB) par exemple sur la comptabilisation des pertes de crédit attendues (ECL) conformément à la norme IFRS9) qui contribuent à accroître la capacité opérationnelle des banques et des autorités de surveillance pour répondre à COVID-19.
  4. Les banques centrales, les investisseurs sociaux et les autres parties prenantes clés du financement du développement devraient envisager des plans de sauvetage, notamment la fourniture d'un soutien en matière de liquidités et la recapitalisation des institutions de microfinance pour continuer à fournir leurs services financiers aux segments à faible revenu de la population pendant la crise et au-delà.
  5. Les organes régionaux et sous-régionaux africains compétents devraient renforcer la coordination entre les principales parties prenantes, notamment les ministres des finances, les gouverneurs des banques centrales, le secteur privé et d'autres parties prenantes clés pour élaborer et mettre en œuvre un plan d'action conjoint qui décrit les actions individuelles et collectives qui devraient être prises pour répondre, atténuer les menaces transversales à la stabilité financière et partager les leçons apprises.

 

Find us M. Peace Plaza, 8th Floor, Tower C | KN 4 Avenue, Nyarugenge, Kigali